février 2017 / Une approche de la marionnette, avec Bérangère Vantusso

février 2017 / Une approche de la marionnette, avec Bérangère Vantusso

Du 20 février au 3 mars, les élèves de la promotion 2018 travaillent avec Bérangère Vantusso autour de la marionnette. Mains nues, castelet, marionnette à gaine, théâtre d'objet les amèneront jusqu'à l'élaboration d'une mise en scène en groupe à partir des textes si ce n'est toi, d'Edouard Bond, Macbeth de Shakespeare et le cercle de craie caucasien de Brecht. Ce travail donnera lieu à une présentation publique à l'issue du stage.

Bérangère Vantusso

Comédienne formée au CDN de Nancy, Bérangère Vantusso aborde pour la première fois la marionnette en 1998, alors qu'elle étudie à la Sorbonne Nouvelle. Reconnaissant d'emblée dans cet art le point crucial de son questionnement quant à l'incarnation et à la prise de parole scéniques, elle devient marionnettiste auprès de François Lazaro, puis auprès d'Emilie Valantin. Déterminée à confronter la marionnette à des textes contemporains et désireuse d'affirmer que cet art n'est pas dédié aux enfants, Bérangère Vantusso met en scène Le Dieu bonheur de Heiner Müller, en 1999, et fonde du même coup la compagnie trois-six-trente. Artiste associée et formatrice dans plusieurs théâtres nationaux, elle conduit ses projets (parmi lesquels Kant de Jon Fosse en 2007, Les Aveugles de Maurice Maeterlinck, en 2008 ; Violet de Jon Fosse, en 2012 ; Personne(s), qu'elle écrit avec Marguerite Bordat en 2013 ; Le Rêve d'Anna d'Eddy Pallaro, en 2014), et conçoit parallèlement des marionnettes pour d'autres metteurs en scène. Creusant l'hyperréalisme de personnages toujours mêlés aux acteurs, Bérangère Vantusso joue sur le fil qui sépare convention et illusion.

 

 

Retour