Historique de l'ENSAD Montpellier

En 1981, le Ministère de la Culture décide, dans le souci de poursuivre sa mission de décentralisation, de créer des sections professionnelles de théâtre en Région. C'est en regard du travail de Michel Touraille dans sa classe d'initiation à l'Art Dramatique au Conservatoire National de Région de Montpellier que sera finalement instaurée en 1982 une section professionnelle. D'abord constituée de professeurs permanents, elle s'ouvrira peu à peu, en plus de ses cours techniques, à des artistes de la France entière intervenant ponctuellement : Jacques Echantillon, Heide Tegeder, Michelle Marquais, Pierre Debauche, laurence Bourdil, Ariel Garcia Valdès, Jacques Nichet... Située dans une annexe du Conservatoire rue de Candolle, cette classe cohabitera de nombreuses années avec les cours de danse, de musique, et partagera ses horaires et ses locaux avec les autres jeunes élèves et disciplines.

En 1998, Ariel Garcia Valdès devient directeur de la Section Professionnelle d'Art Dramatique du Conservatoire National de Montpellier. Son projet est de construire un bâtiment spécifique au Théâtre, à sa formation et aux artistes. L'ancienne Œuvre du Prêt gratuit construite au XVII ème siècle par l'Archevêque Louis Boffet en face des locaux de Candolle, dans le square qui porte aujourd'hui son nom, sera totalement rénovée et réhabilitée à cette fin. Elle aura pour nom : Maison Louis Jouvet. C'est à l'automne 2003 que les premiers cours pourront y avoir lieu.

Le 30 avril 2002, la classe professionnelle d'Art Dramatique du Conservatoire National de Région de Montpellier est signataire de la Plate-forme de l'Enseignement Supérieur pour la Formation du Comédien qui regroupe alors huit écoles en France. Et à ce titre, elle met en place un Fonds d'insertion pour accompagner les comédiens dans leurs premières années professionnelles grâce à une aide aux créations et aux artistes.

En 2008, elle est habilitée par le Ministère de la Culture et de la Communication à délivrer le DNSPC (Diplôme National Supérieur Professionnel de Comédien) et devient l'ENSAD, École Nationale Supérieure d'Art Dramatique de Montpellier.

Depuis 2011, elle délivre également, en partenariat avec l'Université Paul-Valéry Montpellier III, la Licence en Arts du Spectacles.

 

Gildas Milin, directeur depuis 2014

Né en 1968, Gildas Milin est auteur, acteur, metteur en scène et pédagogue. Après des études d'art plastiques, d'harmonie et de composition Jazz, il intègre le Conservatoire national supérieur d'art dramatique en 1989. En 1995, il fonde la compagnie les Bourdons Farouches.

Depuis 1994, il intervient régulièrement dans la plupart des écoles aujourd'hui signataires de la plate-forme de l'enseignement supérieur pour la formation du comédien et propose également des formations professionnelles continues au sein des Chantiers Nomades.
l a été auteur et metteur en scène associé au Théâtre national de la Colline de 2003 à 2008 sous la direction d'Alain Françon.

Gildas Milin, nouveau directeur, développe depuis vingt-deux ans dans son travail trois axes essentiels, qu’il souhaite aujourd’hui mettre en œuvre à l’ENSAD : réflexion, transmission, création.

Gildas MILIN

Réflexion

- Une fois par mois sera invité, sur une demi-journée ou sur une soirée, un artiste de théâtre ou un artiste de cinéma, un philosophe ou un scientifique, reconnu en France ou sur le plan international, a fin d’élargir la réflexion des élèves sur le champ théâtral et ses relations aux autres disciplines artistiques.

- A l’issue des ateliers d’interprétation sont prévus des temps de réflexion entre le conseil pédagogique et les intervenants, puis entre le conseil pédagogique, les intervenants et les élèves. Des temps de réflexion, de discussion sont aussi ouverts au public à l’issue des représentations.

Transmission

Cette orientation a pour visée un horizon de formation, mais ouvre aussi sur la relation entre les générations.

- L’école s’appuiera sur les intervenants des cours techniques et théoriques actuels.

- Elle fera appel, pour les ateliers d’interprétation, à des artistes, intervenants (acteurs, metteurs en scène, chorégraphes, danseurs, musiciens, etc. reconnus au plan régional, national ou international) qui ont pour perspective de transmettre leur savoir et de former de futurs professionnels du théâtre et de l’audiovisuel.

Création

L’école est un lieu de formation, de recherche et de création publique, et donc un lieu où les élèves sont en situation de présenter régulièrement au public les états de leur travail ou de leurs recherches, sous la forme de représentations, de spectacles.

- L’articulation entre la vie dans l’école et la vie professionnelle ne se joue pas uniquement dans la relation aux intervenants. Elle se joue aussi dans l’entretien d’une visibilité des élèves-acteurs auprès du public et des professionnels. Les représentations, en fin d’atelier d’interprétation, dessinent la relation la plus évidente au public pour les élèves. Elle est fédératrice pour le groupe.

- La majeure partie des ateliers d’interprétation de première, seconde et troisième année feront ainsi l’objet d’une ou plusieurs représentations publiques. C’est l’occasion de confronter les élèves à cette réalité de la rencontre d’une autre communauté que celle du travail, une communauté d’un soir, d’un moment, et l’occasion pour l’école d’inviter des professionnels du théâtre et du cinéma, parallèlement au public.

 

Richard Mitou : Directeur de 2013 à 2014

Portrait de Richard Mitou

Homme de théâtre, acteur et metteur en scène, il succède à Ariel Garcia Valdès et devient le 3ème directeur de l'Ecole le 1er Janvier 2013.

Ancien élève du Conservatoire National de Région de Montpellier de 1994 à 1997, il poursuit sa formation et devient acteur permanent au Théâtre National de Toulouse dirigé par Jacques Nichet.

A partir de 2000, il joue très régulièrement sur les grandes scènes nationales et à l'étranger.

Il a été distribué dans plus d'une trentaine de pièces du répertoire classique et contemporain, notamment dans des mises en scène de Jean-Louis Hourdin, Ariel Garcia Valdès, Jacques Echantillon, Dag Jeanneret, Jean-louis Benoît, Jacques Nichet, Jérôme Hankins, Christian Esnay, Gilbert Rouvière, Renaud-Marie Leblanc, Patrick Haggiag, Toni Cafiero, Michel Touraille, Cécile Marmouget, Hervé Dartiguelongue etc.

Il y a interprété de nombreux premiers rôles et rôles titres 

Il a également signé les mises en scène d'une dizaine de pièces de Théâtre, d'Opéras ou d'évènements uniques.

 

Ariel Garcia Valdes : Directeur de 1998 à 2012

Ariel Garcia Valdes & Isabelle Huppert dans « Quartett »

Ariel Garcia Valdes & Isabelle Huppert dans « Quartett », © dr

Homme de théâtre, metteur en scène, comédien, il a participé à l'une des plus significatives aventures collectives du théâtre français au Centre Dramatique National des Alpes de 1975 à 1986 sous la direction de Georges Lavaudant, ancien directeur du théâtre de l’Odéon à Paris.

Cette aventure s’est achevée par Richard III de Shakespeare créé dans la cour d’honneur du Festival d’Avignon où il jouait le rôle titre, un des plus grand succès de l’histoire du festival.

Il a été directeur du Centre Dramatique National des Alpes de 1988 à 1990.

Il a réalisé une trentaine de mises en scène dans les grandes institutions théâtrales de France et d’Espagne, ainsi qu'à l’Opéra de Paris, de Monte Carlo, Lausanne, Strasbourg, le Licéo de Barcelone, la Zarzuela et le Réal à Madrid.

Au théâtre de l’Odéon de Paris, il a repris, depuis 2004, le métier de comédien avec trois spectacles qui ont marqué la vie théâtrale française et dont il jouait les rôles titres :

Richard III dans La rose et la hache,

Hamlet dans Hamlet, un songe,

Valmont dans Quartett où il partageait la scène avec Isabelle Huppert dans la mise en scène de Robert Wilson, octobre-novembre 2006.

Ces spectacles de l’Odéon ont été joués sur les grandes scènes européennes.

Il a joué au théâtre de la Madeleine à Paris L'amante Anglaise de Marguerite Duras, avec André Wilms et Ludmila Mikaël en Mai, Juin et Juillet 2009. Il a repris en Novembre 2009 durant trois semaines Quartett d'Heiner Müller avec Isabelle Huppert, dans la mise en scène de Robert Wilson, au BAMS à New York.